• 1ère recette:

    chauffer à feu modéré et en prenant les précautions voulues le mélange suivant:

    cire jaune          35 parties

    huile grasse      35 parties

    suif                    15 parties

    goudron            15 parties

    épaissir ensuite à consistance voulue avec du noir de fumée ou de la suie.

     

     2ème recette

    faire fondre lentement 800 gr de résine ordinaire, a consistance de sirop clair; ajouter 300 gr d’alcool en malaxant continuellement le mélange.

     Conserver ce mastic dans un récipient pouvant bien se boucher.

    Ce mastic n’endommage ni l’écorce ni les jeunes pousses, une seule couche protège les greffes et recouvre les plaies faites au jeune bois.

    Il sèche rapidement, ne se fend ni ne s’écaille.

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    32 commentaires
  • Seafood

    Poisson de mer qui se tient près des rivages au corp cylindrique, petite bouche, et ecailles arrondies.

    Ne pas acheter de la mi-juillet à la mi-septembre, époque de frai.

    Mulet à la Duglère

    Détailler en tronçons réguliers un mulet de 600 à 700 gr; le mettre dans un sautoir grassement beurré, tapissé de 2 cuillerées d’oignon haché, de 3 tomates pelées, pressées et concassées, d’un peu d’ail écrasé, d’une cuillerée de persil haché.

    Assaisonner de sel et de poivre; mouiller de 5 cuillerées de vin blanc; parsemer d’une cuillerée de beurre divisé en menus morceaux.

    Faire bouillir à feu fort, couvrir le sautoir et laisser pocher doucement.

     Dresser le poisson sur un plat long en le remettant en forme.

     Faire réduire la cuisson, la lier d’une cuillerée de beurre manié, ou d’un peu de velouté de poisson, lui ajouter hors du feu un peu de beurre , une pincée de poivre, melanger, la verser brulante sur le poisson.

    Servir avec des petites pommes de terre nature.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    37 commentaires
  • normalement un lièvre “nature” non “dopé” doit avoir entre 6 mois et un an pour être consomable.

    On les nomment lièvres ¾.

     Un trop jeune aura les jambes minces et les genoux gros, ceux en elevage forcé aussi car c’est le fait que l’animal court qui développe les muscles des jambes.

    Et on ne tire pas les lièvres à la chevrotine car la chair est remplie de plombs qui ont pu crever la poche de fiel et rendre amer tout les tissus voisins.

    Comme pour le lapin on prend un animal qui a gambader et vu le ciel.

    La recette suivante peut être faites avec du lapin ou même du poulet.

    Râble de lièvre à la crème:

    Recette de P.Kauffmann

    Ce met alsacien se prépare ainsi.

    Plonger le râble pendant une journée dans de l’huile d’olive pour bien attendrir la hair.

    Ensuite le piquer de fins bardeaux de lard.  Pour ceux qui ne savent plus larder la viande , on peut mettre de fines tranches de lard maigre autour du râble et faire tenir avec une crépine.

    Mais le résultat n’est pas aussi bien.

    Envelopper les pattes du râble avec du papier graissé pour éviter les brulures.

     Les mettre au four avec l’assaisonnement ordinaire et faire cuire 1h30.

    Pendant la cuisson arroser souvent et 30 min avant de servir ajouter au jus de cuisson une demi tasse de crème aigre.

     Continuer la cuisson et  servir avec la sauce a part.

    Ajouter au plat de petites pommes de terre rondes frites.

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    41 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires