•  Les paysans se mobilisent contre les déchets sauvages

    Campagne propre

    Les agriculteurs veulent réduire la quantité des déchets jetés en campagne. Ils lancent l’opération «Ensemble pour une campagne propre» qui vise à alléger le travail des paysans et protéger la santé des animaux.

    Image: USP

    Les paysans veulent réduire la quantité des déchets jetés en campagne. L’opération «Ensemble pour une campagne propre», menée en collaboration avec la communauté d’intérêts pour un monde propre, vise à alléger le travail des familles paysannes et protéger la santé des animaux.

    La quantité de déchets abandonnés ou jetés par négligence sur les terres agricoles augmente continuellement, ont souligné jeudi l’Union suisse des paysans (USP) et la commuauté d’intérêt (IGSU) dans un communiqué. Le ramassage de déchets effectué par les paysans prend du temps et engendre en conséquence des coûts.

    Danger de mort

    Certains détritus solides et autres corps étrangers finissent dans le fourrage et mettent en péril la santé des animaux. Un paysan soleurois avait par exemple dû faire abattre six vaches en six mois l’année dernière. Les bovins avaient mangé du fourrage contenant des débris de canettes en aluminium.

    Un autre a pu faire sauver par le vétérinaire sa vache portante et le veau. «Une opération à 2000 francs pour une cannette à 2.50 francs», avait-il alors commenté. Les machines agricoles sont en outre parfois endommagées par les corps étrangers se trouvant dans les champs. Ces déchets sauvages ternissent également l’image et les attraits de la Suisse, estiment les promoteurs de la campagne.

    Sensibilisation et sanction

    L’USP et la communauté d’intérêts IGSU axent leur campagne sur des actions concrètes de sensibilisation. Trois mesures sont prévues: la pose de panneaux au bord des routes ainsi qu’en bordure des chemins, des affiches dans les points de vente écoulant des marchandises souvent jetées dans la nature, et la publication d’un nouveau dépliant abordant les bons gestes à adopter.

    Les promoteurs comptent rendre l’abandon de déchets dans la nature punissable. Jacques Bourgeois, conseiller national (PLR/FR) et directeur de l’USP, a déposé jeudi une initiative parlementaire demandant d’ajouter un nouvel article dans la loi fédérale sur la protection de l’environnement. Une amende serait instaurée au niveau national.

    L’USP participe également à la table ronde de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), qui vise à trouver de nouvelles solutions pour lutter contre les déchets sauvages. Le ramassage des détritus demeurera, quoiqu’il arrive, du ressort des paysans.

    Source :(ats/Newsnet)

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    39 commentaires
  • Quelques légumes contiennent du sucre directement assimilable ( utilise a savoir pour ne pas trop sucrer une recette ou pour les diabétiques)

    Ce sont la carotte, et ceux des fruits que l’on mange comme légumes, tomates, melon, potiron.

    Il faut faire une place spéciale à l’oignon, aliment beaucoup plus nourrissant qu’on ne le croit d’ordinaire, aliment très avantageux et qui devrait figurer non seulement comme condiment mais comme légumes proprement dit sur la table des adultes. Certaines sortes sont aussi “sucrées” d’autres plus “piquantes”, le feuillage vert de l’oignon jeune est vitaminé et peu garnir tout les plats de salades, viandes ou légumes chaud ou froid.

    Observations sur quelques légumes

    L’oseille riche en oxalate est acide et mal supportée par les estomacs délicats et les reins en mauvais état.

    Même pour l’adulte bien portant, son abus est à éviter.

    Quant à la tomate si elle contient beaucoup moins d’oxalate qu’on ne le croyait autrefois, et peut par conséquent être permise aux malades renaux, elle est acide et ne doit figurer ni dans l’alimentation des dyspeptiques, ni de celle des prédisposés à la tuberculose et éviter son abus dans le regime alimentaire des enfants.

    Rajouter du sucre dans une recette de tomate cache sont gout acide au palais mais pas son acidité réelle pour la santé.

    Notons que la carotte, si elle n’est pas réduite en purée est d’une digestion difficile, surtout pour les enfants.

    Dans la carotte la partir ligneuse est le milieu , la plus riche en sucre est la partie périphérique, donc même les vieilles carottes on doit les gratter et non les peler.

    Le navet lui c’est le contraire de la carotte, la partie ligneuse est l’exterieur on a donc intérêt à le peler.

    Signalons enfin un certain nombre de légumes, que l’on peut faire avec des végétaux, dont beaucoup de gens n’utilisent qu’une partie : la bette, ou blette ou poirée, dont les côtes fournissent un légume connu , et dont les feuilles valent l’épinard, bien que nombre de consommateurs jètent ses feuilles.

    Les feuilles du salsifis donnent une salade un peu dure mais qui a fort bon goût.

    Les feuilles de rhubarbe dont on consomme les côtes souvent en tarte ou confiture fournissent un excellent légumes mais il faut les blanchir et jeter l’eau de cette première cuisson, car elles contiennent aussi de l’acide oxalique.

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    39 commentaires
  • Perso je suis assez épouvantée par ces chiffres ...

    Côté légumes, nos enfants font chou blanc. C'est ce qui ressort d'une étude de l'association Santé environnement France (Asef), publiée ce jeudi dans Le Parisien (accès abonnés). D'après cette enquête, une majorité d'enfants âgés de 8 à 12 ans et scolarisés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sont incapables d'identifier nombre de fruits et légumes.

    S'ils reconnaissent facilement les poires, les pastèques et les carottes, 87% des 910 enfants interrogés disent ne pas savoir ce qu'est une betterave ou un poireau. Un écolier sur trois ne sait pas non plus identifier une courgette, une figue ou un artichaut. Ils sont aussi nombreux à ne pas savoir à partir de quoi sont faits des aliments transformés comme les frites, les nuggets ou le jambon.

    Autres enseignements de cette étude : les enfants ne boivent pas assez d’eau, consomment trop d’assaisonnements et se nourrissent essentiellement d’aliments transformés. Le midi, un enfant sur quatre boit du sirop, du jus de fruit ou du soda. Et ils ne sont que 20% à ne jamais ajouter de sel dans leur plat.

    Le Passe Vite: Salada de Grão de Bico com Molho de Pimento Assado e Queijo de Cabra

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    36 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires