• Le magnolia

    Parmis les surnoms du magnolia on peut citer: laurier-tulipier, bois-cachiman, fleur du Youlan, magnole étoilé, glauque, quinquina de Virginie, arbre de castor.

    Le magnolia appartient à la famille des magnoliacées, on connait environ une centaine d’espèce caducs et persistants, originaires du continent américain et d’Extrème-Orient.

    Les feuilles sont ovales et entières.

     Les fleurs les plus souvent grandes et solitaires, sont dressées comme les fleurs de tulipes.

     Elles sont blanches, jaunes, roses ou violettes.

    Le magnolia

    Le magnolia est connu pour son action contre les maux de tête, les rhumes, les fièvres et allergies, et les sinusites.

     C’est un anti-inflammatoire et un antiallergique très actif.

    Il aide l’organisme à mieux se défendre contre les maladies longues et pénibles.

    Pour l’ésotérie le magnolia est de genre féminin, il est attaché à l’élément terre.

    Le magnolia

    Pour le initiés cette plante exalte l’intelligence, accroit le sex-appeal des femmes et l’appétit amoureux des hommes.

    Lorsqu’on dépose deux rameaux en fleur, de façon a former un X, près du lit conjugal, on contraint le couple à une fidélité sans faille que rien ne peut détruire.

    Dans l’astrologie, le magnolia est en concordance avec la planète terre.

    Cette plante, de nature Pluton-Venus, est en accord parfait avec les natifs du 3 ème décan du signe du scorpion.

     Par sa seule présence le magnolia agit sur leur activité psychique et physique.

    Il écarte de leur “moi” l’ambition vénale et accroît leur don d’observation.

    Le magnolia est l’emblème de la force et en amour il symbolise la pureté.

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    33 commentaires
  • Le miel

    Emploi du miel

    Le miel est un agent conservateur pour les substances qu’on en couvre, et il peut être employé pour le transport longue distance de greffes, d’oeufs, de graines et même de certains fruits ( c’était avant l’usage actuel des conservateurs chimiques).

    On s’en sert aussi pour améliorer les vins dans les années mauvaises pour la maturité du raisin.

    A cet effet on en fait bouillir avec ¼ de son poids d’eau, et on le verse chaud dans le moût.

    Tous les restes de miel peuvent être utilisés.

     Ainsi après la dernière pression de la cire, comme il reste encore du miel, on brise le marc et on l’émiette.

    On verse dessus l’eau qui a servi à laver les instruments, dans le rapport d’une partie sur dix de marc.

     On y ajoute les écumes des miels des 2ème et 3ème qualités, et après 24H, on presse.

    Le miel obtenu par cette opération est mêlé d’eau qu’on fait évaporer à un feu doux si on veut se servir de ce miel de dernière qualité, soit pour soigner les bestiaux, soit pour nourrir les abeilles auxquelles on ne le donne qu’après l’avoir fait bouillir, écumé et même avec un peu de liqueur fermentée.

    Si au contraire on veut faire de l’hydromel, on brise de nouveau le marc et on y jette de l’eau en quantité plus ou moins grande, suivant qu’on désire que la liqueur soit un véritable hydromel on produise un “petit cidre”.

    On presse de nouveau; on on mêle cette eau avec le miel obtenu par l’avant dernière pression.

     On fait bouillir pendant plus d’une heure, après quoi on met l’hydromel refroidi en futaille ou en bouteille, suivant la quantité.

    C’est une liqueur fort saine.

    Quand au mélange plus chargé d’eau, après qu’il est froid on le verse dans les futailles ou dans une cuve couverte pour l’y laisser fermenter, et si on désire rapprocher cette liqueur d’une bière légère, on y met quelques branches de genièvre, ou l’extrémité de branches d’épicéas ou de sapinette du Canada.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    36 commentaires
  • Tarte aux pommes

    Pour une tarte de 30 cm de diamètre, prendre:

    250 gr de farine

    125 gr de beurre

    2 cuillerées de sucre

    1 oeuf

    ½ verre de lait

    ½ cuillerée a café de sel fin

    et pour garnir 12 belles pommes.

    Tamiser la farine, faire la fontaine, mettre au centre le sucre, l’oeuf, le sel, le beurre ramolli à la main et le lait.

    Mélanger peu à peu en faisant bien “fondre” le sel et le sucre; incorporer la farine et travailler la pâte vivement, la fraiser deux fois, la mettre en boule et la laisser reposer pendant 2H.

    Au moment de s’en servir l’étendre au rouleau à ½ cm d’épaisseur et la déposer délicatement sur une plaque farinée.

    Prendre un cercle à flans , en beurrer l’intérieur, le poser sur la pâte et couper celle-ci à l’aide d’un couteau pointu, en laissant dépasser tout autour une bande de 3cm environ.

     Rentrer cette bande à l’intérieur du cercle en le soulevant légèrement.

     Le garnir enfin, en ayant soin que la pâte adhère à son fond inférieur.

     Relever le bourrelet de pâte formé intérieurement; le pincer entre le pouce et l’index pour faire une crête aussi régulière que possible.

    Piquer la pâte avec une fourchette pour l’empêcher de boursoufler.

     Couvrir la tarte d’une feuille de papier beurré et mettre sur ce papier des noyaux, qui soutiendront la pâte a l’intérieur du cercle et mettre au four entre 12 à 15 minutes.

    Au bout de ce temps, la tarte ayant subi une première cuisson et la pâte s’étant raffermie, retirer le cercle bien verticalement pour ne pas abimer la tarte.

    Dorer les bords et garnir l’intérieur aux ¾ seulement avec une marmelade faites avec les pommes, un peu de sucre, parfumée au kirsch et d’un peu de citron.

    Disposer en rosace sur la marmelade, des tranches de pommes coupées très fin.

     Faire cuire a four moyen pendant 30 à 35 minutes.

     Dès que la tarte sort du four, la glacer avec un peu de marmelade d’abricots passée au tamis et délayée avec quelques cuillerées de kirsch.

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    36 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires