• Non je ne vous parle pas du peintre mais de mon chat qui fête ses 22 ans aujourd'hui!

     oui 22 ans ...il aime dormir et il est devenu maigre mais pas de soucis de santé ...

    juste son âge...

    Picasso

    là le chien est sur son coussin

    Picasso

    ici Picasso l'a virée

    Ces photos ont été faites il y'a maximum 1 mois avec les chiens que je garde souvent ...

    Picasso

    Picasso

    Picasso

    Picasso

    Picasso

    Picasso

    Picasso

    et enfin avec Mako le croisé labrador

    arrivé ce vendredi 30 juin pour la première fois et

    qui a vite compris qui est le chef ici ....

    Picasso

     Picasso aime aussi les perroquets... mais jamais un autre chat.

    Picasso

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    30 commentaires
  • les photos sont celles qui poussent chez moi

    Onagre médicinale

    Oenothera biennis, primevère du soir.

    C’est une plante bisannuelle, haute de 0,50 à 1m, originaire des grandes plaines d’Amérique du Nord, parfaitement naturalisée au bord des chemins et sur les talus des voies ferrées.

    On la cultive fréquemment dans les jardins pour la beauté de ces fleurs.

     Sa tige robuste est garnie de bas en haut de feuilles allongées et ce coiffe d’un long épi de grandes fleurs jaunes.

    Chez elles tout va par quatre: sépales, pétales et stigmates du pistil disposés en croix.

    Les fleurs éphémères exhalent une odeur suave, surtout le soir.

    Les graines contiennent jusqu’à 25% d’une huile riche en acides gras insaturés.

    Onagre médicinale

    L’acide oléique et acide linoléique sont classiques mais l’huile renferme également d’importantes proportions jusqu’à 14% d’un acide gras particulier, l’acide gamma-linoléique.

    Les indiens d’Amérique du Nord utilisaient les feuilles d’onagre en cataplasmes résolutifs sur les abcès et appliquaient leur décoction sur les dartres.

    À la fin du XIXème siècle l’attention du monde médical fût attirée par l’efficacité de l’extrait fluide d’onagre  dans diverses affections inflammatoires du tube digestif.

    C’était aussi un sédatif doux de la sensibilité nerveuse, indiqué dans la coqueluche, l’asthme et certains troubles de l’estomac , valable aussi comme antiphlogistique dans les maladies inflammatoires de l’intestin, du foie et des voies urinaires.

    On employait aussi  également les fleurs en infusion contre les affections catharrales aiguës des voies respiratoires.

        Des recherches sont faites sur les transformations à l’intérieur du corps de l’acide linoléique en acide gamma-linoléique puis en acide dihomo-gamma-linoléique puis en acide arachidonique.

    Ce qui donne des usages très variés comme dans la thrombose, les carences chez les nourrissons, dans l’athérosclérose, le diabète, les problèmes hépatiques, l’arthrite et la schizophrénie que l’on pense due à un excès de dopamine.

    On étudie aussi avec espoir dans la sclérose en plaques, et dans le développement optimal du cerveau des prématurés.

    En dermatologie, l’huile d’onagre est utilisée dans le traitement de l’eczéma, son application locale permettrait d’améliorer l’aspect sec et rugueux de la peau et de favoriser la cicatrisation.

    L’huile d’onagre est toxique en cas de grossesse et l’épilepsie.

    En 1614 l’onagre fut introduite en Europe en provenance de Virginie pour sa racine comestible,

    la plante est d’ailleurs connue comme “jambon des jardiniers”.

    Onagre médicinale

     Sa récolte a lieu à la fin de la première année de croissance de la plante, lorsqu’elle est gonflée de réserves nutritives.

    La racine se mange crue ou cuite à la façon des salsifis., elle a un gout un peu sucré.

    Mais elle devient âcre et ligneuse dès que la hampe florale se développe.

    Les feuilles , ramassées de préférence quand la plante est encore à l’état de rosette, se font cuire comme légumes.

    Les fleurs décorent bien les salades et y ajoutent la note sucrée de leur nectar.

    L’huile d’onagre est bonne pressée a froid elle est de meilleure qualité mais rare car pas assez rentable , on trouve donc plutôt l’huile pressée a chaud à l’aide de solvant puis raffinée à l’aide d’acide phosphorique que l’on neutralise par une lessive de soude et enfin désodorisée pendant 5h a 170°.

    Le plus simple et le meilleur est encore de récolter soi-même ses graines dans la nature et de les consommer finement broyées.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    20 commentaires
  •  Côtes de porc à la montagnarde

    3 gousses d’ail, 4 côtes de porc, 4 poivrons, 4 tomates,

    4 c. à soupe d’huile, 2 c. à soupe de sauce barbecue,

    2 branches de sauge, sel et poivre.

    Pilez l’ail, mélangez-le avec l’huile, la sauce barbecue, le sel,

    le poivre et 5 ou 6 feuilles de sauges hachées.

     Badigeonnez les côtes de porc avec cette préparation.

     Coupez les poivrons en lanières et les tomates en deux.

     Mettez d’abord sur le grill les côtes et les poivrons.

     En même temps, jetez le reste de la sauge sur les braises.

    Comptez 5 minutes de cuisson en retournant  une fois

    et en badigeonnant à nouveau avec la sauce.

    Ajoutez les 2 tomates, faites cuire 2 minutes.

    Servez très chaud, éventuellement avec un plat de riz pour rendre cette sauce plus consistante.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    27 commentaires