• Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Les courges du jardin botanique

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    25 commentaires
  •  

    Cuisine au micro-ondes position four maximale.

     Sabayon

    6 jaunes d’oeufs

    75 gr de sucre en poudre

    4 c. à soupe de vin de Marsala

    dans un récipient moyen, battez les jaunes et le sucre.

    Faites cuire à découvert 15 secondes.

    Battez à nouveau pendant 1 minute.

    Remettez au four 15 secondes, puis battez à nouveau,

    et ainsi de suite jusqu’à ce que le mélange soit jaune très pâle et épais.

     Evitez surtout de trop le cuire.

     Ajoutez le vin petit à petit en fouettant.

     Versez dans 4 verres à vin et servez sans attendre.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    26 commentaires
  • Éphèdre

    Ephedra sinica ou ma huang

    C’est un arbrisseau originaire du nord de la Chine et de Mongolie

    Ses tiges portent de nombreux rameaux grêles, anguleux et striés,

    munis de minuscule feuilles en formes d’écaille, groupées par 3 aux noeuds.

    Le port de la plante évoque le genêt à balai ou la prêle.

    La plante renferme des tanins, des saponosides, des flavonoïdes et

    des alcaloïdes en particulier l’éphédrine et la pseudoéphédrine.

    Les parties vertes et les rameaux florifères du ma huang sont utilisés en Chine depuis des millénaires.

    Éphèdre

    Tchang Tchong-king, dans ses recettes du coffret d’or, nous parle de l’éphèdre comme remède contre les affections respiratoires, emploi toujours d’actualité en République populaire de Chine, ainsi que contre les refroidissements.

    C’est l’une des 365 drogues végétales citées dans le Nei King, premier des traditionnels Pen Ts’ao.

    Les moines bouddhistes se servaient de la plante pour favoriser la concentration au cours de leurs méditations.

    L’éphèdre est utilisée dans l’asthme, la dyspnée, le rhume des foins, les maladies allergiques comme les dermatoses prurigineuses, urticaires, oedème de Quincke, les refroidissements et l’hypotension permanente.

    Elle stimule la circulation sanguine.

     L’éphédrine agit comme une véritable adrénaline végétale.

    Dans certains pays elle n’est plus vendue en herboristerie car les “drogués” l’utilisaient en quantité.

    Il faut éviter l’association de l’éphèdre avec des excitants comme le café et ne l’utiliser que sur prescription médicale.

    L’usage de l’éphédre est déconseillé en car d’hypertension, de diabète, de troubles cardiaques et de fragilité nerveuse, éviter aussi durant la grossesse et l’allaitement.

    Il existe de nombreuses espèces d’ephedra en Asie, en Amérique et en Europe.

    Les espèces européennes et américaines ne renferment pas assez d’éphédrine pour servir à l’extraction et seules les espèces d’Orient sont actives.

    Au Chili ephedra andina est considérée comme aphrodisiaque.

    Elle est aussi utilisée dans la médecine traditionnelle pour traiter la bronchite, l‘asthme et la coqueluche, elle ne contient pas d’éphédrine mais un flavonoïde la vicenine.

    A l’époque précolombienne, les Indiens du Pérou employaient une autre espèce locale pour calmer la douleur.

    Toujours prendre un avis médical,

    source le petit larousse des plantes qui guérissent édition 2013

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    27 commentaires