• Genêt à balai

    Cytisus scorparius/ sarothammus.

     

    Cet arbrisseau de 1 à 2 m de haut est commun dans les landes, les bois, les lieux incultes des régions silicieuses, surtout sous climat atlantique.

    Il porte de nombreux rameaux dressés, souples, sans épine, garnis de petites feuilles simples.

     Les fleurs d’un beau jaune lumineux à corolle papillionacée sont comparées par les poètes à des papillons d’or.

    Présentes d’avril a juillet, le fruit est une gousse aplatie, velue et noire à maturité.

    La plante renferme des alcaloïdes quinolizidiniques, dont la spartéine, la lupanine et la génistéine, des amines, dont la tyramine et la dopamine.

    Contient aussi des flavonoïdes, dont le scoparoside, de l’acide caféique, de l’acide p-couramique, des tanins et une essence aromatique.

    Depuis la Renaissance et après avec les remèdes secrets de Me Fouquet elle est utile pour traiter les insuffisances rénales et les rétentions d’urine.

    Genêt à balai

    De nos jours si les balayeurs ne la connaissent plus l’industrie pharmaceutique en retire la spartéine,

    substance cardiotonique, modératrice, régulatrice et protectrice du coeur,

    cette substance est présente dans les tiges et les feuilles.

    La fleur elle est diurétique, sous son action le volume des urines s’accroît singulièrement,

    permettant une importante élimination des chlorures.

    Genêt à balai

    On en recommande l’emploi contre la goutte, les rhumatismes, la protéinurie et l’oedème généralisé.

    La spartéine agît comme ocytocique en augmentant la vigueur des contractions de l’utérus.

    On employait donc parfois le genêt à balai pendant les accouchements.

    Il diminue également les saignements qui en résultent.

    On a constaté aussi que le genêt neutralisait les venins, ainsi que l’ont prouvé des recherches sur les venins de vipère et de cobra, en partant de l’observation faite par les bergers que les moutons ayant ingéré du genêt survivaient aux morsures de ces serpents.

    Ce n’est pas par hasard si dans le Sahara, on recouvre les morsures de vipère avec des tiges de genêt pilées et bouillies.

    Utilisation interne: les fleurs de genêt doivent être cueillies avant l’épanouissement total et avant la formation des gousses qui elles peuvent donner des troubles digestifs.

     Elles doivent être employées avec prudence.

    En infusion 25 gr par litre d’eau bouillante à faire infuser 10 minutes.

    Prendre 2 c. à soupe toutes les heures et de pas dépasser 2 tasses par jour.

    L’utilisation du genêt à balai est déconseillée au cours de la grossesse ou en cas d’hypertension.

    Toujours prendre un avis médical.

    Les boutons de genêt à balai , comme ceux des capucines servent à préparer des “câpres” au sel ou au vinaigre.

    Seul le genêt a balai est médicinal pas les autres espèces de genêts: genista tinctoria, genista purgans, genista sagittalis, et le genêt d’Espagne spartium junceum.

    Le genêt purgatif g. Purgans n’est ni purgatif ni diurétique et les fleurs du genêt d’Espagne si reconnaissables a leur parfum d’oranger sont toxiques.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    21 commentaires
  • Aspérule odorante

    Galium odoratum

    Reine des bois, petit muguet, hépatique étoilée.

    Petite plante vivace d’environ 20 cm est commune dans les forêts de hêtres.

    La plante fraîche renferme un hétéroside, l’aspéruloside, libérant par hydrolyse de la couramine, présent dans l’aspérule séchée en compagnie d’iridoïdes, de flavonoïdes et d’anthraquinones.

    L’aspérule est utile dans les affections du foie, congestion du foie, ictère.

    Aspérule odorante

     Elle est avec le mélilot et la mélitte, l’une des trois plantes à couramine.

     Outre son action sur la coagulation sanguine, la couramine augmente le volume des urines et semble empêcher le développement des colibaciles.

     Bonne pour le foie, la plante l’est donc aussi pour les reins.

    La couramine a aussi une action antispasmodique, ce qui explique pourquoi l’aspérule facilité la digestion des malades qui souffrent d’angoisse et de vertiges et prise le soir elle donne de bons résultats contre l’insomnie.

    Utilisation interne

    En infusion 20 à 50 gr par litre d’eau pendant 10 minutes, prendre 3 bols par jour.

    En vin de mai ou vin de reine des bois.

    On prépare ce vin au printemps en Lorraine, Belgique, Luxembourg et Allemagne.

     C’est à la fois une gourmandise et un remède qui met le foie et les reins en bonne condition à chaque changement de saison.

    Faire macérer 60 gr de sommités fraiches d’aspérules, pendant 30 minutes dans un litre de bon vin blanc versé bouillant, en ajoutant 100 gr de sucre.

    Filtrer, boire frais en apéritif.

    Aspérule odorante

    Utilisation externe en cataplasme de plante broyée, appliqué sur la région du foie, contre l’ictère et l’engorgement de cet organe.

    L’aspérule est déconseillée pendant toute la durée de la grossesse.

    L’aspérule séchée parfume le linge dans les armoires.

     Son odeur persiste plusieurs années.

    Pourtant quand on la cueille, la plante de sent presque rien.

    C’est qu’elle doit sécher pour révéler une odeur proche de la vanille et justifier son nom gallium odoratum.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    23 commentaires
  • Grande ortie , médicinale

    Urtica dioica, ortie dioique.

    Source le larousse des plantes qui guérissent édition 2013.

    C’est une plante vivace jusqu’à 1 m de haut, qui pousse même dans les décombres, les lieux abandonnés, le long des chemins.

    On la rencontre dans les régions tempérées de toute la planète.

    De longs rhizomes jaunâtres lui permettent de se propager en tous sens dans la terre riche en azote qu’elle affectionne.

    Toutes les parties de l’ortie sont couvertes de “poils” , petits tubes de silice très fragiles, dont l’extrémité se casse au moindre contact.

    Ils coupent la peau et laissent s’écouler sous l’épiderme un liquide allergisant riche en histamine qui provoque brûlure et grattement, rougeur aussi.

    Les tiges bien droites portent de larges feuilles opposées. Les fleurs, verdâtres sont disposées en grappe à l’aisselle des feuilles, elles sont mâles ou femelles suivant les pieds.

    Le rhizome renferme des polysaccharides, des tanins, une lectine, des composés phénoliques, des lignanes et des stérols.

    Les feuilles sont très riches en protéïnes complètes, équilibrées en acides aminés et donc de même valeur nutritionnelle que celles de certaines viandes.

      Elles contiennent des flavonoïdes et quantité de vitamines, de sels minéraux et d’oligoéléments.

    7 fois + de vitamines C que dans les oranges, 2,5 fois + de fer que les épinards, presque autant de calcium que le fromage et une grande quantité de provitamine A.

    Employées en médecine populaire comme astringent.

    Les rhizomes d’ortie sont efficaces dans le traitement de l’hyperplasie bénigne de la prostate.

    Elle augmente le volume et le débit urinaire et réduit le résidu post-mictionnel mais ne réduit pas le volume de la glande.

    Grande ortie , médicinale

    Les feuilles d’ortie sont préconisées contre les douleurs rhumatismales,

    l’arthrite et l’inflammation des voies urinaires.

    On les emploie de façon préventive pour éviter la formation de calculs rénaux.

    Les vertus astringentes de l’ortie sont mises à profit contre les hémorragies d’origine diverses , crachements de sang, règles trop abondantes, saignements de nez.

     Leurs vertus anti-diarrhéiques sont certaines et précieuses dans les diarrhées des tuberculeux et des personnes affaiblies, les entérites muco-membraneuses.

    C’est un dépuratif efficace, utilisé contre les dermatoses rebelles, eczéma, psoriasis et dartres.

    Elles feraient baisser le sucre et pourraient se montrer utiles dans le traitement du diabète.

    Pour l’usage externe, les frictions et flagellations avec une poignée d’ortie constituent de vieux remèdes révulsifs, préconisés contre les douleurs rhumatismales, mais de nos jours on n’est plus des masos... même si une étude clinique récente en ait démontré le bien-fondé.

    Elle est aussi utilisée dans les lotions capillaires pour faire repousser les cheveux.

    Utilisation interne

    En suc 100 gr de plante fraîche par jour, contre les hémorragies, on mélange parfois ce suc avec celui de la consoude.

    En infusion: 30 à 60 gr de feuilles par litre d’eau.

    Laisser en contact pendant 10 minutes et prendre 3 bols par jour avant les repas.

     

    En sirop: faire infuser pendant 12h, 250 gr de jeunes feuilles d’ortie avec 1,5l d’eau bouillante.

    Filtrer , ajouter le double de poids de sucre.

    Porter à ébullition jusqu’à la consistance de sirop et prendre une tasse par jour, en plusieurs fois.

    Comme diurétique, la racine s’utilise en décoction, à raison de 30 à 40 gr par litre.

    Laisser bouillir 5 minutes et infuser 10 minutes.

     Boire 3 bols par jour en cas d’adénome de la prostate.

    En usage externe

    La racine d’ortie en faire macérer 60 gr de racine séchée avec 60 gr d’origan dans un litre d’eau de vie pendant un mois, faire des frictions journalières.

    L’ortie se mange depuis la nuit des temps, crue ou cuite, elle est préférable a l’épinard car elle ne contient pas d’oxalates.

    Il ne fait récolter que les jeunes pousses pour la qualité gustative.

    Les fibres de la tige peuvent servir a fabriquer des cordes et le purin d’ortie obtenu en faisant macérer la plate entière dans de l’eau et un remarquable accélérateur de croissance des végétaux ..

    et dire que l’on traire l’ortie de mauvaise herbe ...

     

     

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique