• Passiflore

    Passiflora incarnata

    C’est une plante grimpante vivace, originaire d’Amérique tropicale.

    On la cultive fréquemment dans les régions chaudes du globe.

    Ses longues tiges volubiles portent des feuilles profondément divisées en trois lobes,

    munies de vrilles qui permettent à la plante de s’accrocher.

    Dans les différents organes de sa grande fleur très décorative,

    l’imagination populaire a retrouvé les divers instruments de la Passion du Christ,

    couronne d’épine, fouet, marteau, ce qui lui a valu son nom de fleur de la passion.

    Les fruits sont des baies pendantes, de la taille d’un oeuf, orangées à maturité.

    La plante renferme des flavonoïdes, dont l’apigénine et le lutéol, des acides-phénols,

    des phytostérols, des coumarines, une essence aromatique, des hétérosides cyanogénétiques,

    du maltol et des alcaloïdes indoliques, en particulier de l’harmane, .

    L’effet anxiolitique semble toutefois dû à une benzoflavone.

    La passiflore était l’une des plantes cultivées dans les jardins des empereurs au temps de Moctezuma.

    Passiflore

    Introduite en Europe, elle ne tardera pas à entrer dans la pharmacopée comme antispasmodique.

    La plante et ses dérivés sont toujours utilisés de nos jours comme hypnotiques et sédatifs, calmants du système nerveux.

    On la préconise dans l’insomnie ayant pour origine l’intoxication alcoolique,

    la ménopause et chaque fois que “l'obstacle au sommeil est dû à l’excitation cérébrale”.

    Elle diminue l’angoisse qui s’oppose au repos et calme les soucieux et les surmenés.

    Le sommeil qu’elle provoque est normal et n’est jamais suivi de dépression nerveuse réactionnelle.

    Son usage n’entraîne pas d’accoutumance.

    On la met également à profit en cas de maux de tête et de douleurs menstruelles.

    Ses effets antispasmodiques sont utiles dans l’asthme, l’hypertension,

    les palpitations et les crampes musculaires.

    L’usage de la passiflore est étudié comme inhibiteur du THC,

    la substance hallucinogène présente dans le cannabis.

    Cadeau qui nous vient du lointain empire des Aztèques,

    la passiflore semble être la plante dont notre civilisation a le plus grand besoin.

    En usage interne: 20 gr de fleurs en bouton ou de sommités fleuries

    par litre d’eau bouillante.

    Laisser infuser un quart d’heure.

    Prendre 2 ou 3 bols par jour, dont un le soir une heure avant le coucher.

    En teinture; mettre à macérer 200 gr de fleurs sèches et

    contusées dans un litre d’alcool à 60% vol.

    Fermer le flacon, laisser 20 jours en contact en agitant de temps en temps.

    Filtrer.

    Prendre 40 à 50 gouttes de cette teinture le soir au coucher.

    Toujours prendre un avis médical,

    source le petit Larousse des plantes qui guérissent édition 2013.

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    27 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique